L’Assemblée commence une enquête sur la fibromyalgie

Mercredi matin, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a approuvé à l’unanimité une commission de recherche sur la fibromyalgie. “C’est un petit pas, mais c’est un début”, a déclaré Patrice Carvalho, vice-communiste de l’Oise, derrière l’accord proposé.

La fibromyalgie: une bouchée pour une maladie reste un mystère. Il peut être défini comme un syndrome de cause inconnue qui nuit à la personne, à la fatigue et à des problèmes de sommeil en fonction de son humeur.

 

Un cocktail dont la composition est encore inconnue, d’autant qu’il ne laisse aucune trace physique, mais selon l’Autorité sanitaire nationale (HAS), touche entre 1,4% et 2,2% des femmes françaises de 80 ans. % à 90% des cas.

LIRE AUSSI:
Fibromyalgie: “qui semble avoir des problèmes à l’intérieur des os”

Les membres présents ont convenu qu’il était nécessaire de prendre des mesures pour les nombreuses personnes qui ne peuvent pas atténuer les coups de antalgiques subis et tranquillisants, puisqu’il n’y a pas antiobitique ou d’autres médicaments pour le traitement de ce syndrome. Parfois, des médicaments puissants peuvent nuire à la santé des patients.

 

“Nous ne pouvons pas reprocher aux médecins de prescrire des médicaments psychotropes, qui utilisent tout ce qui est possible pour agir sur la douleur de leurs patients! “Dit Catherine Lemorton, PS député, président du Comité des affaires sociales.

La fibromyalgie peut être à la fin de cette enquête, reconnue comme une maladie? “Cela permettrait aux patients de comprendre ce qu’ils ont, et c’est pourquoi ce mal n’est pas vu. Peut-être qu’une certaine attention que nous donnons aujourd’hui est bonne, mais peut-être que nous apprendrons que nous ne devons pas donner de la drogue », explique Patrice Carvalho.

 

Dans ce contexte, des médecins, des rhumatologues, des neurologues et des biologistes seront interviewés dans les six prochains mois. Finalement, si la fibromyalgie est reconnue comme une maladie, les effets sont multiples: cela faciliterait les procédures des patients avec une assurance santé, ainsi que d’encourager la recherche dans ce domaine.

Les résultats de l’enquête devraient être disponibles d’ici la mi-septembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
error: Content is protected !!