Fibromyalgie, autres maladies chroniques chez les anciens combattants liées à un traumatisme sexuel et militaire

Selon les chercheurs, les militaires qui subissent un traumatisme, y compris un traumatisme sexuel, présentent un risque accru de développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT), un trouble dépressif majeur et des affections comme la fibromyalgie et la douleur chronique.

Leurs résultats ont été rapportés dans une étude présentée à la réunion annuelle de l’American Psychiatric Association tenue 5-9 mai à New York. L’affiche s’intitulait «Prévalence accrue du TDM, du SSPT et des conditions médicales associées à un traumatisme sexuel militaire».

Une étude publiée en 2017 a révélé qu’environ 57% des femmes avaient des manifestations cliniques compatibles avec la fibromyalgie, ce qui suggère que ces femmes sont à risque de développer une douleur chronique généralisée.

De plus, on a constaté que la fibromyalgie chez les femmes vétérans était associée à des symptômes psychologiques de stress, de dépression et de TSPT, bien que seulement 14% des participantes à l’étude aient été déployées.

Dans la dernière étude, une équipe de recherche dirigée par Gen Shinozaki, MD, professeur agrégé de psychiatrie à l’Université de l’Iowa, a examiné de plus près les associations possibles entre les traumatismes physiques ou psychologiques dans l’armée et diverses conditions de santé.

L’équipe a mené des entrevues téléphoniques assistées par ordinateur auprès de 201 hommes et 187 femmes membres du service recrutés au centre médical des anciens combattants de la ville d’Iowa. Parmi les 388 anciens combattants interrogés, 63 d’entre eux (dont 58 étaient des femmes) ont déclaré avoir été victimes d’une tentative ou d’une agression sexuelle.

Comme l’annonçait l’American Psychiatric Association dans un communiqué de presse, les chercheurs ont découvert que les maladies chroniques comme le diabète, la fibromyalgie, la fatigue ou la douleur chronique étaient plus fréquentes chez les hommes ayant des antécédents de traumatisme militaire. Mais cette conclusion était basée sur des données médicales limitées.

La dépression a été associée de façon significative à des antécédents de traumatisme militaire et à des expériences négatives chez les enfants, tant chez les hommes que chez les femmes.

Cependant, on a découvert que le TSPT était lié à des antécédents de traumatisme militaire et à des expériences défavorables dans l’enfance, mais aussi à des antécédents de traumatisme sexuel chez les femmes vétérans. Parmi les vétérans masculins, le SSPT était seulement associé à un traumatisme militaire.

Cette étude ajoute des preuves supplémentaires que les anciens combattants sont à un plus grand risque de dépression et de stress post-traumatique, mais aussi de développer des maladies chroniques telles que la fibromyalgie.

Au moins en partie, ces conditions médicales sont liées à des traumatismes psychologiques et sexuels auxquels les vétérans sont exposés.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux faire face aux risques pour la santé auxquels les militaires et les militaires sont exposés et doivent composer pendant et après leur période de service.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
error: Content is protected !!